Le témoignage de Louis Lévêque, JURIS DIAGNOSTICS Saint-Etienne
Retour aux témoignages

Comment êtes-vous arrivés dans le domaine du diagnostic immobilier ?

J’ai travaillé dans le milieu de la R&D en Sciences des Matériaux au laboratoire Laplace et dans le centre d’ingénierie des amortisseurs automobile Monroe. Après mon expérience de professeur en lycée, je recherchais à continuer sur un métier technique. J’ai découvert le métier de diagnostiqueur immobilier sur internet.

Cette profession demande d’utiliser de nombreux outils afin de réaliser des mesures, et d’étudier les caractéristiques des matériaux (présence ou absence, de plomb ou d’amiante). D’autre part, en R&D j’ai utilisé des techniques de caractérisation des matériaux et rédigé des rapports. La démarche est la même chez le diagnostiqueur immobilier et l’ingénieur en Sciences des Matériaux.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir franchisé ?

Juris Diagnostics Immobiliers propose de me former à travers une immersion d’un mois. L’immersion a lieu à la fois sur le terrain et au siège pour la partie prospection commerciale et administrative. De plus, nous ne savons pas quelles seront les évolutions réglementaires. J’ai besoin d’un franchiseur qui observe ce qui se passe.

Juris Diagnostics Immobiliers me préparera aux évolutions réglementaires des diagnostics. Par exemple, Juris forme ses franchisés au nouveau DPE (réunions internes de formations théorique et pratique sur le logiciel). 

Pourquoi avez-vous choisi Juris et pas une autre franchise ?

J’ai observé que Juris Diagnostics Immobiliers avait développé sa franchise et lancé plusieurs franchisés.

La concurrence rend les affaires difficiles, il faut un franchiseur de qualité. Mon choix s’est porté sur un franchiseur de qualité, comme le montre les deux Trophées du commerce de la CCI obtenu par Juris Diagnostics Immobiliers en 2016 et 2019.

Grâce au trophée de la CCI France en 2019, j’ai pu bénéficier d’une réduction considérable sur le droit d’entrée (un droit d’entrée à 5 000 € au lieu de 10 000 € HT).

Retour aux témoignages